Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn

Le zoom pédagogique : la transition lycée-université au cœur du projet PARI

En découvrant pour la première fois l’université, beaucoup d’étudiant·e·s font l’expérience du délaissement (Felouzis, 2001). Perte de repères, sentiment d’isolement, autonomie nouvelle dans les apprentissages comme dans la vie privée… autant de bouleversements que la sociologie s’est attachée à éclairer.

L’affiliation aux études universitaires une épreuve fondatrice

Identifiée comme l’un des enjeux majeurs de la lutte contre le décrochage et pour la réussite en licence, la transition lycée-université est une période clé dans le processus de fabrication de l’expérience étudiante. Comprendre la manière dont se structure le rapport singulier de l’étudiant·e aux études universitaires, au travers des trois dimensions que sont le projet, l’intégration et la vocation (Dubet, 1994) est essentiel pour créer les conditions propices à l’affiliation universitaire du plus grand nombre. Selon Alain Coulon (1997), l’affiliation est atteinte lorsque l’étudiant·e a acquis une aisance à l’égard des règles qui organisent la vie sociale et intellectuelle du travail universitaire. Plus concrètement, cela suppose que l’étudiant·e soit en capacité de maîtriser les attentes enseignantes en matière d’apprentissage (prises de note, travail personnel de recherche et de documentation, modalités d’évaluation, etc.) mais également de comprendre le rôle et le fonctionnement des différentes instances qui structurent la vie universitaire (département d’études, espaces de socialisation, modalités de passage au niveau supérieur, passerelles existantes pour les réorientations, etc.). La maîtrise de l’ensemble de ces codes doit permettre à l’étudiant·e de mener à bien son projet, et ainsi favoriser l’accrochage aux études universitaires.

Acquérir le métier d’étudiant·e avec SUMMER CAMP

Au sein du projet PARI, des dispositifs sont mis en place pour aider l’étudiant·e à acquérir son métier. Le dispositif Summer Camp (piloté par Stéphanie Renaud du département GMP de l’IUT de Bordeaux)  propose aux futur·e·s étudiant·e·s de s’auto-évaluer durant les congés d’été par rapport aux pré-requis de la formation universitaire. Des exercices et tests d’évaluation ainsi que des ressources documentaires sont mis à leur disposition via une plate-forme numérique dédiée. Ce travail préparatoire donne lieu à une évaluation en présentiel lors de la rentrée, suivie d’entretiens individualisés avec un·e enseignant·e référent·e dans le cours du semestre pour identifier d’éventuelles difficultés. Cette initiative n’est pas isolée. D’autres programmes de ce type sont expérimentés dans plusieurs universités comme par exemple Cap Licence (Paris 6) ou encore MathBridge (projet européen).

Ressources sur l’expérience étudiantes

Jellab A., « La socialisation universitaire des étudiants Une expérience scolaire à l’épreuve du projet d’apprendre et des projets d’avenir », Recherches sociologiques et anthropologiques, pp.115-142, 2011.

Felouzis G., 2001, La condition étudiante. Sociologie des étudiants et de l’université, Paris, PUF.

Coulon A., 1997, Le métier d’étudiant : approche ethno méthodologique et institutionnelle de l’entrée dans la vie universitaire, Paris, PUF.

Dubet F., 1994, « Dimensions et figures de l’expérience étudiante dans l’université de masse », Revue française de sociologie, Volume 35, Numéro 4, pp. 511-532.

Les expérimentations

Découvrir